Un aigle s’est envolé

Article : Un aigle s’est envolé
Étiquettes
27 mai 2017

Un aigle s’est envolé

J’étais perché entre nulle part et partout, quand soudain je vis, un être, un aigle m’instruire sur le recouvrement de la liberté.

 

Un aigle en cage les yeux montrant une espérance

 

Il était depuis longtemps en captivité, mais dans ses yeux brillait une lueur d’espoir, sa nuit, il le sait sera longue, mais il attend la brèche, il veut même la créer, telle une sentinelle, il veille, il attend, il réfléchit, il espère. Par la providence, une opportunité se présenta, la brèche fut.

Il n’attendit rien, il entreprit tout, il prit son envol, l’aigle qui s’échappa de sa cage vit la lumière et alla vers cette lumière sa liberté, le fruit de son espoir de sa persévérance, de sa réflexion, il prit de l’altitude, plus, plus et plus encore.

Il étendit ses ailes, montra son envergure, vola, vola et vola encore. Il laissa le vent caresser son plumage, le goût de la liberté il le ressentit. Il ouvra les yeux, et devant lui il vit le monde, les arbres, la verdure; du ciel d’un bleu si beau, il regarda ces êtres les animaux, les plantes, il les dominait tous. Il est beau, il est fort, il ne se laissera plus dompter, sa cage, non, la cage qui fut la sienne, il ne la verra plus, il hume le vent, il est heureux, il regrette tous ces temps de léthargie, ou il s’était fait petit.

L’aigle est une image, un mensonge, un mirage

 

L’aigle prit réellement son envol, il
a vraiment été libre mais en
vérité, L’aigle est une image, un mensonge, un mirage, je n’ai point vu d’aigle, je n’en ai point touché, ce que j’ai vu peut-être est-ce, le recouvrement de la liberté des nations sans cesse opprimées qui quémande ce qui leur ai dû, peut-être est-ce la vie qui renaît et s’épanouit malgré les mauvais vents après que la mort ai fait ravage, peut-être est-ce la liberté la vraie, celle de l’âme que recouvre l’homme qui se sent libre.

Au loin l’oiseleur regarda, il regarda sa prise s’en aller et prendre son envol, sa place du digne empereur qu’il fut et qu’il a toujours été. L’oiseleur attend, il attend que cet empereur du haut de son trône se lasse de son royaume et revienne dans sa cage, sa maison qui toujours l’attendra.

Omaw BUAME, Je prends mon envol

 

Partagez

Commentaires

maturin
Répondre

Je ne dirai rien je ferai agir. Ta vision de l'aigle ne sera plus un mirage mais une innovation de l'exploitation de ton mirage.

Omaw BUAME
Répondre

Maturin, bienvenue sur mon blog.